Boulangerie

Le pain de tradition française reste un produit sain et sûr. Les artisans boulangers savent qu’ils doivent défendre le savoir-faire et l’exigence transmis par l’apprentissage. Le pain artisanal n’a pas besoin d’être étiqueté et emballé pour être consommé en toute confiance. Un atout important à l’heure où le consommateur tient à savoir ce qu’il mange.
La boulangerie s’est adaptée à la demande et aux exigences de la consommation moderne.
Une demande de goût, de variété, mais aussi d’étiquetage et de sécurité.
L’offre est variée en boulangerie et hors boulangerie. Des appellations et des labels ont été créés à côté du pain de tradition française.

Question d’étiquette

L’étiquetage de la composition du pain n’est pas obligatoire en France quand il n’est pas pré-emballé. Dans la boulangerie, sont affichés près du produit et en vitrine, le nom du pain proposé à la vente, son poids en grammes s’il pèse plus de 200 g, son prix à la pièce ou au poids. Si le pain a été congelé, la vendeuse doit le signaler.

Un aliment sûr

Le pain est un des aliments les plus sûrs qui soient. Les boulangers suivent des règles très strictes d’hygiène et de sécurité également définies par une réglementation. La température élevée du four (250¬? C) détruit la plupart des microbes qui pourraient se trouver dans le pain. Sachez que la chaleur à l’intérieur du pain ne dépasse pas 100¬? C à la cuisson. Il suffit ensuite de le stocker dans un endroit sec. Les moisissures dues à l’humidité sont ses pires ennemis. Faîtes comme nos grands-mères : enveloppez le pain dans un torchon propre pour le protéger en attendant de le consommer.

Ces dénominations sont fixées par le « Recueil des usages » qui définit les produits de panification française. Il a été complété par la définition du pain de tradition française donnée par le décret n°93-1074 daté du 13 septembre 1993.

Enfin, la loi qui obligeait le boulanger à vendre le pain au kilo en fin de journée a été abrogée.